CLOSE

Kyste pilonidal

Il s’agit d’une maladie à corps étranger formant un abcès chronique inflammatoire localisée au niveau du pli interfessier. Des poils ou des fragments de poils s’incrustent sous la peau au niveau de petites fossettes, les orifices primaires. L’évolution se fait vers une inflammation puis une infection locale voire un abcès (poche de pus). 

Les facteurs favorisants, outre la prédisposition héréditaire, sont une forte pilosité, une  forte transpiration surtout en association avec des sous-vêtements étroits, des changements hormonaux, un système immunitaire faible, de longues périodes en position assise et le tabac. 

Après une phase d’abcès drainé soit spontanément soit par une incision, la guérison définitive est une éventualité peu probable. En l’absence d’intervention, le risque est la récidive d’un nouvel abcès douloureux qu’il faudra alors de nouveau inciser en urgence, ou bien la persistance d’une suppuration chronique. Le risque de cancérisation à très long terme est très exceptionnel. Les examens complémentaires sont presque toujours inutiles. Le diagnostic est clinique.


En l’absence de traitement, la suppuration va devenir chronique avec possibilité de récidives d’abcès. Les phénomènes inflammatoires vont s’étendre progressivement à la région interfessière. Les antibiotiques ne permettent aucune guérison, ils vont juste contenir l’extension de l’infection. Il existe, à très long terme, des cas de cancérisation exceptionnels.

La technique la plus simple est d’enlever toutes les zones malades. En chirurgie ambulatoire ou sous courte hospitalisation et sous anesthésie générale, on injecte par les orifices du colorant et on enlève tous les tissus remaniés et colorés. Compte-tenu du caractère infecté des lésions, on laisse la plaie largement ouverte. La cicatrisation se fera ensuite très progressivement grâce à des soins locaux.

Il existe des techniques de fermeture d’emblée qui sont rarement utilisées car applicables uniquement pour des lésions non infectées.

La maladie en elle-même n’est pas grave mais gênante par la nécessité des soins prolongés infirmiers à domicile. Une toilette locale et un méchage sont renouvelés de manière quotidienne jusqu’à obtenir un comblement progressif de la plaie de la profondeur vers la surface. Il est important aussi d’assurer un rasage régulier du pli interfessier. La durée moyenne de cicatrisation est de deux à trois mois. Elle dépend de la taille de la zone enlevée.

Nous nous sommes organisés avec un prestataire de service qui vous livre soit à domicile soit dans votre chambre d’hospitalisation tout le matériel nécessaire aux pansements. Les infirmiers sont en lien avec nous, parfois même à l’aide de photos de la plaie pour adapter au plus vite la prise en charge de votre plaie.

Une fois la cicatrisation obtenue, l’idéal est de recourir à une épilation définitive au laser du pli interfessier qui est la meilleure prévention pour éviter toute récidive à long terme.

Des saignements secondaires peuvent survenir dans les 15 jours qui suivent le geste initial mais sont rares. L’infection secondaire de la plaie est exceptionnelle si les soins sont réguliers.

Lorsque la cicatrisation est acquise, le risque de récidive est de l‘ordre de 5%. Elle est le plus souvent due à une fermeture cutanée trop précoce au-dessus d’une cavité incomplètement comblée ou à un défaut de prise en charge de la pilosité importante.