CLOSE

Kystes pilonidaux

Chirurgie du kyste pilonidal

Découvrez les informations nécessaires sur la chirurgie du kyste pilonidal : une solution efficace contre cette affection inflammatoire du sillon inter-fessier. De l’exérèse classique aux avancées du laser, explorez les traitements, les temps de récupération et les perspectives de guérison..

Kystes pilonidaux : définition

Cette affection se manifeste par la formation d’un abcès chronique inflammatoire dans la région du sillon inter-fessier, causée par l’incrustation de poils ou de leurs fragments sous la peau via de petites dépressions appelées orifices primaires. Ce phénomène conduit à une réaction inflammatoire, suivie d’une infection locale qui peut évoluer en abcès. Parmi les facteurs contribuant à cette condition, on retrouve une prédisposition génétique, une pilosité abondante, une transpiration excessive (surtout avec le port de sous-vêtements serrés), des fluctuations hormonales, une immunité affaiblie, de longues périodes assises et la consommation de tabac.

Après la phase de drainage de l’abcès, que ce soit de manière spontanée ou par incision, la possibilité d’une guérison totale est peu probable. Sans intervention, le risque de réapparition d’un nouvel abcès douloureux nécessitant une incision urgente est élevé, ou il peut y avoir une continuation de l’écoulement purulent de manière chronique. Le développement d’un cancer dans cette zone à très long terme est extrêmement rare. Les examens supplémentaires sont généralement superflus, car le diagnostic est essentiellement basé sur l’examen clinique.

Quels sont les traitements pour le sinus pilonidal ?

Des antibiotiques et des pommades peuvent éventuellement soulager un peu les symptômes, cependant cela n’aboutit pas à une guérison durable. Le traitement est chirurgical. Les opérations sont réalisées en règle générale sous anesthésie péridurale ou générale et en ambulatoire.

Le traitement classique du sinus pilonidal est une intervention d’exérèse du sinus, de son trajet et des orifices d’entrée. La plaie est ensuite laissée en cicatrisation dirigée avec des pansements quotidiens par une infirmière dans le but d’obtenir une cicatrisation de la profondeur vers la superficie de la plaie. La période de cicatrisation est de 2 à 3 mois mais peut être plus longue et le risque de récidive peut être jusqu‘à 35 %. Les soins infirmiers sont peu douloureux. L’arrêt de travail dépend de la taille de la plaie, et de votre activité professionnelle, pouvant aller jusqu’à quelques semaines. Les activités physiques intenses et nautiques doivent être suspendues pendant tout le temps des soins infirmiers, soit 2 à 3 mois en moyenne.

Les techniques de fermeture par plastie sont peu utilisées en première intention. En cas de procédure de reconstruction par plastie (fermeture de la plaie avec des lambeaux de peau), la récidive est plus faible, mais il peut y avoir une insatisfaction cosmétique avec une grande mobilisation de peau et des risques de trouble de cicatrisation et de récidive également.

Technique Laser

La technique SILAC (Sinus Pilonidalis Treatment) est une nouvelle procédure pour traiter aussi le sinus

pilonidal. Le sinus pilonidal est dégradé de manière peu invasive à l‘aide d‘un laser. A l‘aide de l‘énergie laser, le tissu fistulaire est précisément sclérosé, sans endommager, ni devoir retirer le tissu environnant. Les incisions éventuelles pour décharger l‘abcès deviennent moins significatives. L’objectif de la technique laser contre le kyste pilonidal est essentiellement de réduire les soins post-opératoires passant de 2 à 3 mois parfois plus avec des soins infirmiers quotidiens avec la technique classique à 15 jours en moyenne avec la technique laser où les soins peuvent être faits personnellement, et en général il n’y a pas besoin de soins infirmiers. La technique est moins douloureuse et contraignante en particulier du fait de l’absence de mèche à changer quotidiennement. Les résultats de la cicatrisation sont bons. La reprise des activités personnelles et professionnelles a pour objectif également d’être plus rapide à la fin des soins. L’arrêt de travail peut être très réduit à quelques jours à peine en fonction de l’activité. Il existe par-contre un risque de récidive qui est possiblement un peu plus important (60 à 80 % de succès) que la technique classique (70 à 90% de succès).

Quelles sont les complications possibles ?

Quelque soit la technique, les saignements au niveau de la plaie sont rares et surviennent dans les 15 jours qui suivent l’intervention. Le chirurgien gère ces problèmes pendant l’opération et peut adapter la surveillance en post opératoire.

Les infections de la plaie sont exceptionnelles si les soins sont faits de façon attentive. Des autres complications peuvent survenir après l’opération d’un kyste pilonidal en raison de votre état de santé antérieur sur d’autres organes qui n’ont pas de relation directe avec l’intervention. Ce sont des problèmes de dysfonctionnement d’organe ou d’infection (infection urinaire, pulmonaire par exemple). Elles seront prévenues et traitées selon les cas.

Une fois la cicatrisation acquise et vérifiée, le risque de récidive du sinus ou d’un abcès est possible comme déjà évoqué plus haut. Les récidives sont dues le plus souvent à un défaut d’accolement des plaies et une fermeture au-dessus d’une cavité mal comblée. Elles sont favorisées par le tabagisme. Le même traitement peut alors être renouvelé qu’il soit classique ou laser.

Pour obtenir des renseignements complémentaires au sujet de la chirurgie du kyste pilonidal, n’hésitez pas à contacter le 03.20.06.42.31.